mercredi 5 juin 2013

Deathriders : fantasy métallique

Une bande-dessinée splatterpunk fantasy

Je viens de recevoir la version papier du webcomic Clandestinauts. Je vous en conseille la lecture uniquement si vous aimez ce genre de fantasy : violente et sombre mais non dépourvue d'humour et n'ayant pas peur d'une petite dose d'absurde. Si vous aimez Korgoth of Barbaria et que l'ambiance visuelle du (très inégal) Wizards de Ralph Bakshi arrive à vous faire sourire, Clandestinauts ne vous décevra pas. En plus c'est gratuit alors faites-vous plaisir. Vous y trouverez une foule de PNJ et de monstres prêts à être injectés dans vos scénarios.

Les volumes reliés sont à 5$ et ça peut faire un chouette cadeau...




La Cité des Rêves n'est plus

Tout cela m'a bien évidemment rappelé de vieilles parties de Stormbringer et de Bloodlust. Les parties étaient parfois stupides, souvent sanglantes et toujours très réussies. Mais voilà, il semblerait que maintenant les rôlistes ont grandit et que des plaisirs aussi simples ne sont plus fait pour nous. Stormbringer et Bloodlust ont été remplacé. A quoi pourrait-on jouer aujourd'hui si on avait 14 ans (ou dans mon cas, l'âge mental équivalent) ?


La complainte du bourrin

Je veux de l'action à l'ancienne, des bières, des chips, des plans ineptes, des personnages que l'on aimeraient voir illustrer un album d'Iron Maiden, des scénarios qui s'effondrent à la première rencontre avec des PNJ plus grands/veules/cruels que nature. Je veux un jeu que je peux lire en un après-midi et mener pendant des années. Je ne veux pas un jeu qui cherche à émuler la lutte entre la Loi et le Chaos mais un jeu où la rencontre entre les Lois du jeu et le Chaos des joueurs provoque un délire commun qui finit en malédictions contre le MJ, en fou rire commun, en cris de joie ou plus généralement en un mélange improbable des trois. Des parties où la subtilité attends à la porte en fermant sa gueule, prête à descendre les poubelles.

Je ne peux pas m'empêcher d'aimer ce dessin animé, je sais, c'est mal

Quel jeu prendre sur nos étagères ?


Il y a bien évidemment le très sympathique Space Sword qui remplit bien le cahier des charges, mais l'aspect SF me parle moins en ce moment (et de toute manière allez acheter ce jeu si ce n'est pas déjà fait). En VO Mutant Epoch est bien dans l'esprit. Comme dans Space Sword le parti pris graphique est a des années lumières de la fantasy lissée dont nous abreuve quotidiennement la quasi-majorité des jdr actuels. Mais le côté post-apo/Mad Max ne me tente que moyennement. Encounter Critical est plus une bonne blague qu'un véritable jeu et même si j'aime beaucoup Dungeoncrawl Classics, je trouve qu'il ne se détache pas encore assez de ses racines avec Donjons & Dragons (ce qui n'était de toute manière pas son but) mais là aussi l'aspect visuel du jeu est tout simplement génial (et les scénarios sont assez réussis). Et le genre dont nous parlons ici n'est pas si facile à cerner : du Conan sous acide ? Du Post-apo & Sorcery ? En tout les cas il remonte à une époque où la division entre la fantasy et la science-fiction n'était pas aussi profonde qu'aujourd'hui.


On se sort les épées du fourreau


Alors pourquoi ne pas se lancer dans la création d'un jeu de rôle un peu foutraque. Un jeu où l'on aurait pas honte de s'amuser, de démembrer nos ennemis et de voir des empires millénaires s'effondrer sous les attaques de barbares hirsutes et vindicatifs (communément appelés "les PJ"). Mais en même temps je ne veux pas d'un univers en carton pâte, je ne veux pas du Roi Scorpion, de Kalidor ou des Barbarians. Je veux affronter un guerrier insecte avec une lame en céramique et voir mourir la dernière licorne, puis m'endormir dans les ruines de la Cité du Grand Juge, juste avant la fin des temps.


 Commençons par un titre qui sera à la fois évocateur, simple à retenir et surtout en anglais. Un titre efficace comme celui d'un bon album de métal, un nom qui claquerait au vent de l'édition comme un bide funeste. Mesdames et messieurs je vous présente :

Ami lecteur je te laisse décorer ce logo des couleurs et des formes que le nom t'inspire en laissant derrière-toi la triste typo qu'il porte telle une guenille.

Ensuite il nous faut une introduction, quelque chose d'un peu crétin (mais pas trop) et d'épique (mais pas trop) :

Des empires ont disparus, des rois sont morts, la civilisation ne se trouve plus que dans une bibliothèque oubliée, loin du regard des brutes qui peuplent maintenant le monde. Les hommes dansent maintenant au son du chant de l'acier. La liberté, la fortune et la gloire ne se payent qu'au prix du sang. Laissez chanter votre épée et partez à la conquête des Derniers Royaumes.

Les Derniers Royaumes ? Oui, oh, ça va hein. On a bien les Royaumes Oubliés et les Jeunes Royaumes. Et je préfère ça aux Terres Sans Fin de Karak-Nor-Gat ou l'Empire des Derniers Nés de la Malédiction Incarnat.

Ensuite bien entendu, une seule question : on joue quoi ?

Et bien pourquoi pas un Urgan au corps bleu ? On dit que le sang des géants coulent dans vos veines. Homme ou femme vous dépassez les plus grands habitants des Royaumes d'au moins une tête. Votre peuple pense qu'en échange de votre force votre esprit sera envoyé aux enfers après votre mort (une espèce de Rogue trooper médiéval-fantastique en gros plutôt qu'un Cyan à la Rêve de Dragon). Ou peut-être serez-vous une Furie, une de ces femmes dans les veines desquelles coulent le sang des anciennes sorcières (descendantes d'ancienne guerrières Psis ? Pourquoi pas...). Et si ça se trouve vous n'êtes qu'un Automate, une création du monde d'Avant ou le résultat inespéré des recherches d'un alchimiste disparu. Si les gens évitent votre compagnie vous êtes sans doute un Yenzi venu des Terres Vitrifiées, votre cape dissimulant difficilement votre corps d'insecte. Ou peut-être êtes-vous tout simplement un Homme qui a survécu à la brutalité de ce monde pour s'y tailler une place à sa mesure.

La suite  (Où commencerais nos aventures ? On utiliserait quoi comme système ? J'ai fait quoi avant de partir à l'aventure ?) la semaine prochaine... Ou pas. Tout ça n'a rien d'original mais on prends tout de même le risque de s'amuser un peu.

14 commentaires:

shiro no poto a dit…

Qu'est-ce qui a disparu : les jeux simples & bourrins, ou bien notre faculté à nous amuser de la sorte ?

En tout cas moi je suis preneur, j'ai bien envie de jouer à nouveau comme ça. Il me semble que Barbarian of Lemuria le fait d'ailleurs assez bien, et pour ce qui est de l'univers, les adaptations existantes à ceux d'Elric ou de Conan sont déjà pas mal satisfaisantes. Est-ce que tu les as essayées ? T'ont-elles déçu ?

Kobayashi a dit…

Les jeux simples et bourrins pas de soucis il y en a plein. Là c'est un univers précis qui me manque mais que j'ai du mal à définir, quelque chose qui soit à la croisée de Conan, Nausicaä et Thundarr.

J'aime beaucoup BoL mais je ne le trouve pas assez "teigneux" pour ce genre d'univers.

Et surtout j'ai besoin d'une excuse pour écrire des bêtises sur mon blog ^o^

Etienne Bar a dit…

BOL, pas assez teigneux ???

Je commence déjà à trembler.
Mais, au moins, on va rire !

porphyre77 a dit…

J'ai souvenir de quelques parties de D&D qui ressemblaient assez à ce qui est décrit plus haut...

Kobayashi a dit…

Tant que ce sont de bons souvenirs ^o^

Et effectivement c'est plutôt du côté de D&D que je vais regarder pour le système.

childeric maximus a dit…

Très bon billet Mr K.

J'ai eu du mal a accrocher aux dessins de Clandestinauts, mais une fois cette étape franchie, la lecture est un vrai bonheur. Je comprends beaucoup mieux ce que tu cherches à émuler avec Deathriders.

Mine de rien, c'est une sacrée gageure que tu proposes-là. J'ai toujours pensé que cette ambiance, que tu veux recréer, tenait plus de l'alchimie joueurs-MJ-univers que d'un système en particulier ou d'une table des coups critiques (même très gore).

Une chose est sûre, je vais suivre avec attention ce que tu vas nous pondre pour DeathRiders!

Question : vas-tu ouvrir un fil sur le fofo pour cela ?

Kobayashi a dit…

Merci m'sieur !

Pour le fil sur le forum certainement dés que j'aurais posté un peu plus de matière ici.

Olivier Roullier a dit…

Chouette idée, les ambiances et les influences me parlent.
Tu crois que ce serait enfin l'occasion d'utiliser les ressources du génial Dictionnary of Mu ? On peut participer nous aussi, proposer des idées ?

Kobayashi a dit…

Absolument, toutes les idées sont les bienvenues !

childeric maximus a dit…

Avant de proposer tout et n'importe quoi, j'aimerais bien avoir une direction (même vague).

Tu veux des propositions sur le système ou en as-tu déjà les grandes lignes ?
Veux-tu avoir une compatibilité avec les rétro-néo-clones ou fais-tu table rase pour repartir sur du neuf ?

Côté univers, autant ne rien graver dans le marbre. Quelques repères généraux (pays, villes, chaîne de montagnes, plaines, déserts ...) avec des noms qui claquent et une description basique doivent suffire. Le Dico de Mu en est un bon exemple. Je lis actuellement "Tales from the Grotesque and the Dungeonesque" qui est aussi dans cette optique.

Kobayashi a dit…

La "rétro-compatibilité" est sans importance pour moi. Ne vous sentez pas bridé dans vos propositions !

Olivier Roullier a dit…

Clairement, sur ce genre de jeux, pas besoin d'un background gravé dans le marbre. A la limite, il ne devrait rien y avoir en dehors des infos données dans le descriptif des rôles des persos et ceux des monstres !
Côté système, ça fait quelques temps que je tourne autour d'un bidule D20 qui emprunte ce que j'aime dans DD4 (une certaine uniformisation), dans ODD (simplicité) et un peu dans OMT : un couple 4 caracs (guerrier/aventurier/sorcier/sage) et 4 sauvegardes (défense/endurance/vigilance/volonté)notés de 1 à 4d6 pour l'ossature, le reste n'étant que des bonus et des pouvoirs de classe.

Kobayashi a dit…

Je pense que je vais m'orienter vers ce genre de choses et m'attacher à rester simple. Pour le billet de demain, vous verrez que j'ai rebondit sur vos remarques, encore merci !

Christoph Kohring a dit…

BoL ou HeroQuest répondent à "La complainte du Bourrin" dans mon cas...